Nature morte à l’huile en pas à pas

La scène de la nature morte

Une nature morte demande un minimum de préparation pour agencer correctement les différents éléments qui la compose. J’ai mis sur une ancienne caisse, un tissu sombre avec une planche de bois patinée qui sert de support à une vieille lampe de chantier, une boite en fer blanc qui sort tout juste d’un vieux garage et deux moitiés de mandarine mangées depuis …quelques temps !

L’idée est de faire ressortir l’ancien, une ampoule qui date d’un autre temps, une boite et des peaux de mandarines oubliées.

L’éclairage sera apportée par une lampe sur le côté tout en conservant une zone obscure. L’intérêt est de faire ressortir les peaux des fruits avec leur chairs flétries en adéquation avec la lampe d’une autre époque. La prise électrique renforce l’idée d’un matériel des années 50.

Il est important d’apporter une touche de couleur forte pour donner un objet qui va réhausser la scène. Les peaux oranges vont faire cet effet. les reflets de la boite avec les salissures seront un travail sympathique à réaliser ainsi que la poussière (d’époque !) sur la lampe décentrée de son support.

La scène de départ

Etape 1 – préparation  et dessin

Cette préparation est importante pour pouvoir peindre sur une toile bien apprêtée. Ponçage, gesso, couche d’acrylique teintée fourniront une base intéressante pour bien débuter la nature morte à l’huile.

Un petit conseil, vous pouvez ajouter une fine couche de médium à peindre sur toute la toile juste avant de commencer votre dessin avec le pinceau (essuyer la toile avec un chiffon sec pour ne pas avoir trop de gras sur le support), ainsi vous pourrez corriger facilement votre dessin.

Je réalise le dessin à la terre d’ombre brûlée avec juste un peu de médium à peindre

étape 1 , dessin et fond de la nature morte

étape 1 – le dessin avec le fond

Etape 2 – l’impact des objets

Je me concentre sur les valeurs des objets afin de les mettre en relation l’un par rapport aux autres, et donner déjà l’impact des contrastes et des couleurs. Le fond étant mis sommairement nous tacherons d’avoir un effet punch dans la limite de la première couche ! Au plus le contraste sera marqué, au plus vous aurez une marge de travail lors des séances futures pour ajuster votre couleurs et autres effets.

Attention de ne pas surestimer non plus vos contrastes et d’avoir une échelle de valeur dénaturée. Le but de cette couche est d’apporter les bons contrastes et de tester au mieux les couleurs présentes dans la scène.

Etape 2 – mandarine, boite métallique et ampoule.

Prochainement la suite….